Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Cliquez ici : Vidéo de la conférence consacrée à l'hommage à André tosel:

et retrouvez ci-dessous les textes des differents intervenants

Allocutions:

Louis Broch Président fondateur des Amis de la Liberté.

Jean-Pierre Cremieux Président des Amis de la Liberté

Interventions des philosophes :          

Textes de Sarah Barnaud-meyer --> 2017-06-15 Hommage à André (Sarah Barnaud-Meyer)

Textes de Jean Robelin  -->2017-06-15 Hommage à André (Jean Robelin)

Témoignages:

de Pena Ruiz de par Marianne Fournier -->2017-06-15 Hommage à André (Marianne Fournier)

de Marléne Ellena -->2017-06-15 Hommage à André ( Marlene ELLENA)

de Jean Grégori lu par Sarah Barnaud-meyer --> 2017-06-15 Hommage Tosel Témoignage Jean Grégori lu par Sarah Barnaud-Meyer

Poèmes lus par François Voisin -->2017-06-15 Hommage à André (Francois Voisin)

Accompagnement musical au violon de Jean Wolfe Rosanis sur une musique originale.

Avec les remerciements les plus chaleureux pour Jérôme à la technique

 

HOMMAGE À ANDRÉ TOSEL

Jeudi 15 juin, à la maison des associations, Place Garibaldi, les Amis de La Liberté ont rendu hommage à André Tosel.

Disparu le 14 mars dernier celui qui était président de l’association depuis janvier 2017 était également un philosophe de renommée

internationale dont on ne compte plus les publications, dans le domaine de la philosophie et de la musique. C’était également un

professeur émérite de l’Université : agrégé de philosophie, il enseigna tout d’abord à Nice en tant que maître de conférences

(1967-1988). puis professeur aux universités de Besançon (1988-1995), où il fonda et dirigea le Laboratoire de recherches philosophique

sur les logiques de l'agir, Paris I-Panthéon-Sorbonne, (1995-1998), où il dirigea le Centre d’histoire des systèmes de pensée moderne, et

enfin Nice-Sophia-Antipolis (1998-2003), où il dirigea le Centre de recherches d’histoire des idées.

Et puis André était aussi un militant. Un inlassable militant qui jamais ne séparait son travail théorique de son activité au service de la

laïcité et de l’émancipation des hommes. Comme Antonio Gramsci, dont il était un spécialiste, il proclamait « Je hais les indifférents »

et, au pessimisme de l’intelligence il associa toujours l’optimisme de l’action. Huit jours avant sa mort il prenait la parole, au nom des

Amis de La liberté, devant le palais de justice de Nice pour rappeler ces vérités à l’occasion du procès de Cédric Herrou et des

membres de l’association Roya citoyenne.

Il était donc normal que Les amis de la Liberté, à qui il avait donné une nouvelle impulsion, lui rendent l’hommage que méritait une

telle personnalité.

Après l’allocution de Louis Broch, président d’honneur de l’association , fut d’abord évoqué le philosophe avec les exposés de Sarah

Barnaud Meyer sur l’émancipation et de Jean Robelin sur la laïcité. Vint ensuite la lecture des témoignages d’Henri Pena Ruiz

philosophe, de Marlène Ellèna, syndicaliste CGT et de Jean Gregori, directeur du département de philosophie à l’UNSA qui évoqua son

professeur dans un beau texte. Une vidéo de la dernière prise de parole d’André devant le palais de justice le 8 mars dernier marqua la

fin de cet hommage.

La lecture de poèmes (Aragon, Desnos, Char et Paule Stoppa ancienne vice- président des « amis », disparue en octobre 2016) assurait

la transition entre chacun de ces moments. Lectures de François Voisin dont la voix, à la fois puissante et intime, était accompagnée

des improvisations émouvantes par le violon de Jean Wolfe Rosanis 

Jean Ferrat interprétant le poème d’Aragon « un jour… » clôtura cette soirée dont tous les participants s’accordèrent à reconnaître

qu’elle était à l’image de ce que furent la vie, l’oeuvre et l’action d’André Tosel

  • Aucun commentaire sur cet article.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération d'un administrateur.